Compagnie Les Petites Gens

mercredi 29 avril 2015

Une bien bonne histoire Belge.

sortilege

C’est l’histoire de 3 français. L’un est espagnol. L’autre est portugaise (c'est une fille). Le dernier anarchiste. Mais ça c’est une autre histoire.
Ils s’associent parce qu’ils aiment bien, eux aussi, raconter des histoires. Espagnoles, portugaises et anarchistes. Mais ça c’est une autre histoire.
Ils écrivent même un spectacle. Un spectacle qui parle d’amour sans frite : « Rendez-vous ».
Les amis belges trouvent ça pas mal et leur proposent de venir jouer du trampoline chez eux.
Enfin, c’est ce qu’ils disent.
Ils les invitent à un Tremplin.
A Ath.
Ath c’est une ville belge. Magnifique. Puisqu’elle nous a choisi elle est magnifique. C’est indiscutable.
Alors on se prépare.
On veut être drôle, touchant, mordant et tendre.
On va aiguiser nos bons mots et on va essayer de faire mouche.
Ça nous changera de faire vache maigre parce qu’en France c’est la crise.
On va pas faire semblant, hein ?
Mais ça c’est une histoire moins drôle.
Ou de l’humour noir.
Ou du rire jaune.
On s’en fout puisqu’on sera belges pendant 48 heures.
Au Festival « Sortilèges, Rue et vous » le vendredi 14 mai.
C’est par ici…

Muriel

Ath_in_Belgium (2)

Posté par Les Petites Gens à 16:49 - Permalien [#]

Rajeunir et espérer.

« S’il vous plaît, ne devenez jamais de vieux cons…» Ça m’a échappé. C’était le vendredi 28 mars dernier. Je m’apprêtais à passer dans ma 35ème année et à clore l’époque de ma prime jeunesse. A m’approcher de l’île paradisiaque des quadras décomplexés.

35 lycéens devant moi du haut de leurs 15, 16 ans. Beaux comme l’espoir. Je vous jure. Ça n’a rien de pompeux de dire ça puisque c’est vrai.

La lumière dans une salle de classe un peu plus grande que les autres s’éteint. Se rallume. Lumière d’un théâtre apporté avec  nous. Ils jouent, ils racontent. Avec les mots qu’ils ont écrit dans la lumière froide de leurs bureaux, à côté des copies raturées…

Des récits échoués. Capturés aux bords des lèvres de leurs grands parents. Ils se souviennent des bombes. Des patrouilleurs allemands. De la frontière Espagnole un soir de retirada. Du parachute de grand-père débarqué de Londres pour libérer le pays. Ils se souviennent d’enfances tristes. De murs salis qui portent la trace des folies du XXème siècle. Ils se découvrent petits fils de clandestins, d’exilés, d’espagnols républicains. Il y a les bruits pas si lointains de Casablanca.

Ils me donnent des frissons. « S’il vous plaît, ne devenez jamais de vieux cons…» Ça m’a échappé. C’était le vendredi 28 mars dernier.

Muriel.

 

Photographies prises au Musée de l'Exil de La Jonquera.

RIMG0346

RIMG0336

RIMG0334

 

Posté par Les Petites Gens à 16:30 - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 10 mars 2015

Americo

Papi1

Le 10 février 2015 mon grand-père tirait sa révérence. Debout, dans son jardin, droit comme un « i », encore le goût du dernier verre de rouge, du dernier bout de fromage dans la bouche, il allait nous fausser compagnie. 

Deux mois plus tôt, pour ces satanées fêtes de Noël qui m’amènent toujours à faire 1000 bornes et bonne figure, j’avais enfin trouvé la possibilité, l'opportunité, la raison de l’enregistrer.

 

« - Papi. Je travaille cette année avec des lycéens sur un projet qui s’appelle « Grands parents ». Tu veux bien que je t’enregistre ?

- Pour quoi faire ? (imaginez un accent portugais à couper au couteau)

- Je veux que tu me racontes ton arrivée en France, à pied… Pour moi, pour les enfants, pour les petits enfants, les enfants des enfants et leurs enfants…

- (Rire profond, fort, tonitruant) D’accord ! ».

 

La mort a un sacré humour noir on dirait bien. Elle attendait que ça pour se ramener. Les formalités avant la carte d’embarcation.

Il nous reste une voix. 20 minutes qui contiennent une vie. Une vie qui se dit en une traversée. Portugal-France. Non! Pas le match retour ni aller.

Un aller sans retour pour une terre qu’il s’était promis.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Du 9 mars au 27 mars prochain, je retourne au lycée. Avec dans mon cartable, le projet « Grands Parents ». Trois semaines au Lycée Déodat de Séverac de Céret, avec la complicité d’Elisabeth Canadas, professeur de Lettres et passionnée de Théâtre.

Durant 3 semaines, 8 classes de secondes générales et technologiques seront impliquées.

Visites au Musée de l’Exil à la Jonquière et au Camp de Rivesaltes, une représentation du spectacle « Seuls » de Wajdi Mouawad au Théâtre de l’Archipel, une rencontre avec l’auteur-metteur en scène, la réalisation de productions radiophoniques ainsi que d’un court spectacle par les élèves : voici notre programme. Chargé.

Trois semaines pour transformer les élèves en collecteurs d’histoires. Pour les amener à fouiller leur propre généalogie, à récolter des souvenirs auprès de leurs grands-parents.

Cette matière nous la transformerons. Elle sera réécrite, interprétée. Elle deviendra source d’inspiration, matière propice à écriture et à la création d’un spectacle « installation ». Nous nous plongerons dans la chambre de nos mémoires pour y dénicher des pépites, pour restituer des fragments de vie, pour faire entendre nos petites gens.

Avec Thomas Pénanguer, artiste plasticien, et Charles Vedel, régisseur touche à tout, l’aventure commence… Aventure qui trace un pont entre passé et présent, entre expérience intime et témoignage collectif.

Ce projet reçoit le soutien du Conseil Régional du Languedoc Roussillon ainsi que de la DRAC Languedoc Roussillon. Nous vous en donnerons des nouvelles et peut-être des morceaux entiers… 

Posté par Les Petites Gens à 15:01 - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 5 février 2015

Bienvenue au blog !

 

V__2B42

 

Faut communiquer.

Jeudi 5 février 2015. Grâce au talent de Coralie on ouvre les portes. Du blog de la compagnie. La Météo crie l’Alerte Rouge dehors. Vent à plus de 100km. On est quand même venues au bureau de la Cie. Hébergée au Théâtre des Hautes rives à Rivesaltes. Chez les Gérard Gérard. Un peu chez moi quoi. Schizophrénie d’une double tête, d’un double engagement, d’une séparation entre un moi viscéralement attaché au collectif, qui comme tout un chacun ici s’appelle Gérard, et l’autre moi qui s’échappe, qui court vite et qui va reprendre son souffle ailleurs.

Les Petites Gens c’est le petit caillou du petit poucet que je suis devenue. Je vais bien finir par me retrouver. La Compagnie est crée au printemps 2014. Elle grossit l’hiver. De ses projets et de ses ambitions. Fallait donc vous en parler un peu.

Demain en mars, elle s’installera 3 semaines au Lycée Déodat de Séverac à Céret pour une résidence d’artistes. Elle y invite un plasticien-scénographe-vidéaste du coin, un géant chez les Petites Gens, Thomas Pénanguer. On vous en reparlera.

Après-demain, en avril, elle participera au spectacle de fin d’année du Conservatoire de Lézignan-Corbières dans l’Aude.

Et après-après-demain, l’été sera au « Rendez-vous ».

Muriel.

Posté par Les Petites Gens à 11:53 - - Permalien [#]
Tags : ,